Le Duroc suscitait jusqu’à présent peu d’intérêt en France, malgré sa croissance rapide, son faible taux de perte et la vitalité des porcelets (pas de « splay leg » et davantage de sevrés). Les porcs charcutiers issus d’une lignée paternelle Duroc sont souvent plus gras et avec un taux de muscle inférieur à celui des porcs issus d’un schéma classique avec un Piétrain. S&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !