Pour faire face à la pression des défenseurs du bien-être animal, la profession porcine s’est engagée dans une démarche volontaire pour trouver des alternatives à la castration. L’élevage de mâles entiers est l’une des solutions d’avenir. Le point noir, c’est le risque d’odeur de verrat à la cuisson de la viande, liée à deux molécules : l’androsténone et le scatol...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !