«Le taux de perte sur nés vifs est en baisse de 2,5 % dans les élevages qui ont investi dans des cases ascenseur en maternité », exposait, lors d’une journée porcine organisée le 26 novembre dernier à Pontivy dans le Morbihan, Frédéric Kergourlay, de l’équipe porc de la chambre d’agriculture de Bretagne. Des résultats obtenus par cette dernière, suite à une enquête qu’elle a menée sur 24 élevages en 2018 et 2019, dont 11 équipés à 100 %. Le principe de fonctionnement est simple : le sol se relève lorsque la truie se met debout, grâce à une barre au-dessus de son dos reliée à un compresseur. Son intérêt principal réside dans la réduction de l’écrasement des porcelets.

Conduite inchangée

Les éleveurs se disent satisfaits par ce dispositif. L’accès à la mamelle ne pose pas de problème. Ils ont observé une amélioration des performances techniques, et n’ont pas noté de dysfonctionnements, sachant qu’à ce stade, il n’y a pas de recul sur l’usure des machines. L’investissement est jugé satisfaisant au regard du rapport coût/bénéfice. Le surcoût est de 21 %, en comparaison à une case classique.

La plupart du temps, la conduite reste inchangée. « Dans les élevages partiellement équipés, les éleveurs mettent en priorité dans les cases ascenseur, les cochettes, les truies âgées ou celles ayant un historique négatif en termes d’écrasement », note Frédéric Kergourlay. Deux tiers des élevages font fonctionner leurs cases en permanence. Dans un tiers des cas, l’ascenseur est relevé pour donner les soins aux porcelets, assurer le sevrage ou encore lorsque les truies sont agressives à la mise bas.

I. Lejas

De bons résultats techniques
20162018
Sans cage ascenseurAvec cage ascenseur
Nombre de truies présentes214,5232,6
Porcelets nés totaux/portée14,815,5
Porcelets nés vivants/portée13,714,3
Taux de perte sur nés vifs14,70 %12,20 %
Porcelets sevrés/portée11,712,5

Résultats de 17 élevages avec gestion technique du troupeau de truies à jour. Source Crab.