Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une année à rebondissements en ovins

réservé aux abonnés

Productions animales - Une année à rebondissements en ovins
Le premier confinement intervenant trois semaines avant Pâques, le prix de l’agneau s’est effondré. © J. Chabanne

L’année 2020 a commencé sous de mauvais auspices. Le premier confinement intervenant trois semaines avant Pâques, le prix de l’agneau s’est effondré, perdant 50 centimes en deux semaines. Point positif : la totalité des agneaux produits pour Pâques a été commercialisée.

Net recul des importations

La campagne publicitaire et l’implication des opérateurs de la filière ont ainsi permis d’échapper au pire, et de faire la part belle à la viande française. Un net coup de frein a été donné aux importations de viande. De quoi faire grimper les cours à partir de l’été, à la faveur de la réouverture de la restauration, de l’Aïd el-Kébir, puis de la rentrée. Ils ont atteint des niveaux inédits à l’automne.

De janvier à octobre 2020, les abattages d’agneaux français sont restés stables par rapport à 2019, alors que ceux de femelles de réforme ont reculé de 4 %. Dans ce contexte de réduction de l’offre, la consommation de viande par bilan s’est érodée de 5 % en un an, de janvier à septembre 2020. Les achats des ménages ont reculé de 6 % sur dix mois, tandis que les prix ont augmenté, en hausse de 4 % durant la même période.

Les achats d’agneaux vifs se sont envolés

Durant l’été, une forte hausse des importations d’agneaux vifs a été observée, essentiellement en provenance d’Espagne. En cumul de janvier à septembre, elles sont passées de 115 000 tonnes en 2019 à 160 000 tonnes en 2020.

Cette tendance a été particulièrement marquée pendant l’été. Sur le seul mois de juillet, la progression des achats de vif s’est établie à plus de 250 % en un an. Elle s’explique notamment par le manque d’agneaux français au moment de la fête de l’Aïd, ainsi qu’une offre de viandes importées en retrait. Les moindres départs à l’étranger, en raison de l’épidémie de Covid-19, ont soutenu cette dynamique.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !