« La question des odeurs a aujourd’hui une importance croissante, notamment en raison d’une augmentation de la taille de certains élevages, combinée à une présence urbaine de plus en plus courante dans des zones autrefois rurales », constate Aurélie Buteau, chargée de mission en environnement à l’Institut technique de l’aviculture (Itavi). Alors que les plaintes portaient surtout sur les opérations d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !