«C’est à la construction d’un nouveau bâtiment contenant 74 places, pour nos laitières que nous avons décidé de tester l’allaitement des veaux sous les vaches plutôt que d’investir dans une nurserie », expliquent Philippe Venzac et David Aymar, installés sur 113 hectares avec 65 vaches brunes et prim’holsteins à Mourjou - Puycapel, dans le Cantal.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les besoins des industriels sont couverts

Les industriels du grand Ouest, qui affichent des besoins moindres, n’ont aucune difficulté à s’approvisionner en réformes laitières. Du côté des bons animaux viandés et finis, le commerce ne fait pas apparaître de changements significatifs en ce début de semaine. La pression reste marquée dans les allaitantes de choix secondaire.
Votre analyse du marché - Veaux

Aucune embellie en vue

L’offre française et européenne de veaux nourrissons reste largement supérieure au nombre de mises en place permises pour l’engraissement de veaux de boucherie ou de jeunes bovins. Près de la moitié des veaux nés en France prennent la direction du marché espagnol, déjà saturé. Les frais pour la réalisation des tests PCR sont lourds, de l’ordre de 25 à 30 € par veau.