« Depuis deux ans, mon père et moi repensons notre système avec l’appui technique de 5mVet. Avec 200 ha et 140 blondes d’Aquitaine inscrites, nous produisons des broutards mâles, des génisses de reproduction et des vaches de réforme finies. Outre l’implantation de prairies temporaires et l’arrêt du maïs ensilage, nous avons amélioré la qualité de l’eau distribuée avec un appareil de traitement naturel (système « Anaqua »). En un mois, nous avons constaté un poil plus fin et brillant, allant jusqu’à faire apparaître les écussons caractéristiques de la race. Les animaux sont plus résistants. Nous avons diminué les frais vétérinaires de près de 50 %. Dans le bâtiment, nous avons troqué nos abreuvoirs à pipettes pour des auges, à raison de 2 m linéaires pour 20 animaux. Nous attribuons à un meilleur abreuvement et à une ration bien équilibrée, une progression des performances de reproduction et d’engraissement, ainsi qu’une amélioration de la conformation des vaches finies (de U - et U = à U = et U +). »

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Recul de la demande sur les pièces « arrière »

L’activité commerciale reste assez régulière sur le marché du vif, bien que les industriels observent un recul des commandes dans les pièces « arrière ». Le prix des aloyaux se replie, mais cette baisse n’est pas compensée par une plus-value sur les avants. Les abatteurs, qui ont moins de difficulté à s’approvisionner, commencent à mettre la pression sur les prix des laitières. La demande est également plus calme dans le domaine des allaitantes, mais la modestie de l’offre permet de maintenir les cours.
Votre analyse du marché - Bovins maigres

L’offre de broutards reste juste suffisante pour la demande

La modestie de l’offre continue à faciliter l’animation commerciale sur l’ensemble des marchés. Les ateliers d’engraissement se vident rapidement avec des mises en place qui ont été insuffisantes depuis un an.