Nos importations, qui ont chuté de 48 % en mars et en avril, ont conduit à une hausse de 8 points de la consommation intérieure en faveur de l’origine France pour cette période. Ceci a notamment bénéficié au marché des femelles.

En broutards, contre toute attente, les exportations vers l’Italie sont restées stables par rapport à 2019, mais les cotations des mâles ont décroché de 20 à 25 centimes à partir d’août, en lien avec la crise économique et la concurrence des viandes étrangères dans les linéaires italiens. Si les envois vers l’Espagne ont reflué de 20 %, l’Algérie est montée en puissance. Face au recul des mises en place par les intégrateurs, l’export de veaux nourrissons de moins de 80 kg a progressé de 13 % par rapport à 2019. Le marché espagnol a absorbé une partie du surplus mais à moindre coût (- 9 % en valeur unitaire).