Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le National blonde d’Aquitaine sous le signe de l’Europe

réservé aux abonnés

 - -->
Jambon. Le prix de championnat mâle adulte est un taureau élégant qui attire l’œil. Très fin, avec un bassin bien positionné et éclaté, il est doté d’une très bonne ligne de dos. © Photos : France blonde d’Aquitaine sélection

Parmi les 320 animaux présentés à Sedan, du 7 au 10 septembre, 32 appartiennent à des éleveurs bénéluxiens ou allemands.

C’est la première fois que le National blonde d’Aquitaine se déroule dans le nord-est du pays. « Une façon de mettre en avant les éleveurs de la région », explique Philippe Basta, président de l’organisme de sélection (OS) France Blonde d’Aquitaine Sélection. Autre première : la participation d’élevages étrangers. « Pour l’occasion, nous avons rebaptisé le National Euroblonde », se félicite le président.

Deux prix de section ont été remportés par des élevages allemands et hollandais. « Tout le monde est très satisfait, et l’idée d’organiser un Euroblonde tous les cinq ans commence à faire son chemin », annonce Lionel Giraudeau, directeur de l’OS. Autre preuve d’ouverture vers l’Europe, une des trois juges du concours est de nationalité hollandaise. Fredie Van Dijk incarne également un autre symbole : elle est la première femme juge sur un National blonde. « Il y a beaucoup de similarités entre les blondes d’Aquitaine françaises et étrangères, car l’association européenne des éleveurs de blondes d’Aquitaine nous permet de partager des objectifs de sélection communs et une même vision de la race, témoigne-t-elle. J’ai tout de même noté des petites différences, liées aux exigences des débouchés de chaque pays. »

Promotion des produits

Parmi les actualités de la race, figure le besoin de promotion commerciale de la viande de blonde d’Aquitaine. « Nous sommes en pleine réflexion, explique Lionel Giraudeau. Un cabinet spécialisé nous accompagne pour monter un projet de marque. Il y a 25 ans, il aurait été tabou de parler de viande à l’OS. Les temps changent. »

Valérie Scarlakens

Retrouvez le palmarès du concours sur le site de La France agricole, en rubrique Élevage.

Granada. Le prix de championnat suprême a beaucoup de masse musculaire sur le dessus. Son bassin est très large, avec un gros éclatement de viande et une cuisse qui descend bien.
« Ajuster notre façon de classer en concours avec notre discours »

Lionel Giraudeau, Directeur de France Blonde d’Aquitaine Sélection

«En matière de sélection, nous devons être particulièrement attentifs à deux points : la couleur de la viande et le gabarit des animaux. La viande de blonde d’Aquitaine est relativement claire, du fait du caractère tardif de la race. Si c’est un atout sur le marché des jeunes bovins en Italie, les Français préfèrent une viande rouge foncée.

Au niveau morphologique, nous devons veiller à ne pas pousser davantage les gabarits. Nos carcasses sont déjà suffisamment lourdes, sachant que celles qui se commercialisent le mieux pèsent entre 530 et 580 kg. Nous devons d’ailleurs ajuster notre façon de classer sur les concours avec ce discours. Comme pour d’autres races, nous ne sommes pas en adéquation entre ce que nous mettons en avant sur les podiums et la demande de l’aval. La championne suprême Granada et ses 1 200 kg vifs, par exemple, approchera des 780 kg de carcasse. Un format éloigné de celui des animaux primés dans les concours de boucherie. »

©
Plus d'infos sur le sujet

En chiffres

Nombre de vaches blondes d’Aquitaine au 1er janvier 2017 :

499 000

(+ 16 % par rapport à 2005).

Nombre d’élevages inscrits au livre généalogique :

1 000

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !