Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Je loue des vaches laitières pour optimiser ma trésorerie »

réservé aux abonnés

 - -->
« La location m’a permis de disposer de primipares prêtes à produire, avec une mise de fonds limitée », indique David Bouquet (à droite), accompagné de son technicien Jacky Baudot. © C. Penet

Afin d’augmenter sa production rapidement, à moindre coût, David Bouquet, éleveur en Isère, a signé un contrat pour la location de quinze prim’holsteins.

«Quand je me suis installé en 2008 en reprenant une ferme laitière à Burcin, en Isère, j’ai rapidement opéré des changements dans la conduite du troupeau, composé alors de cinquante montbéliardes, raconte David Bouquet. Mon objectif prioritaire était de baisser le coût de la ration. J’ai fait le choix d’alimenter mes vaches avec des produits issus de la ferme, donc d’arrêter l’achat d’aliments du commerce, notamment la luzerne déshydratée. Ceci a perturbé les animaux. S’en sont suivis des problèmes d’acidose, de reproduction et de baisse de production. Mon taux de réforme était à l’époque très élevé. »

Pour retrouver de la rentabilité sur son exploitation, l’éleveur se tourne vers la société Gestel, spécialisée dans la location de vaches laitières. « Le porte-monnaie a tout de suite souffert d’une diminution des volumes de lait livrés, confie-t-il. Il me fallait trouver une solution pour redémarrer vite la production. Je venais de m’installer, mon taux d’endettement étant déjà très élevé, je pouvais difficilement envisager d’acheter de nouvelles génisses. La solution de la location m’a paru très intéressante. J’avais la possibilité d’avoir des génisses prêtes à produire tout de suite, sans devoir faire appel à ma banque. »

Loyer de 1,5 génisse par an

David signe, dès 2009, un bail d’une durée de dix ans, reconductible, avec la société Gestel. Il opte pour quinze prim’holsteins prêtes à vêler, choisies dans un élevage partenaire, dans le nord de la France. Le principe est assez simple. « Un dépôt de garantie de 10 % de la valeur du cheptel mis en bail est versé à la signature du contrat, indique Jacky Baudot, technicien responsable en région Auvergne Rhône-Alpes. À cela s’ajoutent des frais de fonctionnement, de 47,63 € HT (1) par vache, et le coût de l’assurance. Le loyer proprement dit est payé en génisses pleines, 10 % de l’effectif loué par an, avec un différé de deux ans en cas de vêlage à deux ans, ou de trois ans pour un vêlage à trois ans. Il est également possible de verser leur contre-valeur en argent. »

Et David de préciser : « Avec quinze vaches en contrat, je dois fournir à Gestel 1,5 génisse pleine par an. Mais le système est assez souple. Je peux donner une génisse et la valeur monétaire d’une demi-génisse, ou une la première année et deux l’année suivante. J’ai aussi la possibilité de fournir une génisse montbéliarde, ce n’est pas systématiquement une prim’holstein. Je les choisis avec le technicien Gestel, tout comme celles servant au renouvellement du troupeau en location. » Le lait, les réformes, les veaux mâles et les génisses excédentaires lui appartiennent.

L’éleveur et le technicien avancent d’autres avantages : le suivi et les conseils techniques tout au long de l’année pour optimiser la production, la déduction des charges locatives, et l’allégement des taxes et de l’imposition. « Ce fonctionnement me convient parfaitement. J’arrive cette année à la fin de mon contrat de dix ans. Bien que j’aie retrouvé une vitesse de croisière avec mon troupeau de soixante-dix laitières, pour une référence de 580 000 litres, je souhaite le renouveler. C’est une façon de ne pas recharger l’exploitation en annuités et de pouvoir investir ailleurs », confie l’éleveur.

Camille Penet

(1) Tarifs en 2019.

Une régie spécialisée

Première régie française de troupeaux laitiers, la société Gestel, basée à Mézieux (Rhône), propose des génisses prêtes à vêler en location. Ces animaux appartiennent à des investisseurs privés. « Nous avons près de 30 000 vaches dans toute la France et nous travaillons avec 900 éleveurs et 1 000 investisseurs », explique Jacky Baudot, responsable en Auvergne Rhône-Alpes. Gestel peut également acheter une partie du troupeau de l’éleveur, avant de le lui louer. La société propose un contrat de bail de dix ans, avec au minimum quinze animaux en location et , au maximum, 50 % du cheptel de l’élevage. À l’issue du contrat, l’éleveur a la possibilité de le reconduire d’année en année, racheter le cheptel, ou le restituer.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

L’offre restreinte permet une bonne tenue des cours

Dans les races à viande, le commerce gagne en fluidité. En réformes laitières, après une semaine dédiée aux moissons, les disponibilités pour les abattoirs accusent une forte baisse alors que la demande reste régulière.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !