«Lors de mon installation sur la ferme de la Haute-Jaminière en 1992, j’avais un atelier de vaches allaitantes mais aussi une activité naisseur engraisseur en porc. La conduite en bandes de mon élevage porcin m’offre un statut immunitaire beaucoup plus stable. J’ai donc voulu retranscrire cette démarche sur mes veaux », témoigne Olivier Marolleau, à la tête d’un troupeau de 90 parthenaises.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !