«La période de confinement a renforcé les liens entre les éleveurs et les bouchers de la filière fin gras du Mézenc. Cette interdépendance commerciale est le fruit d’une passion commune pour un produit du terroir qui fait valoir ses titres de noblesse en AOC depuis 2006 et en AOP depuis 2013 », explique Bernard Bonnefoy, installé avec son épouse Cathy sur 165 ha de prairies naturelles à 1 350 ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les besoins des industriels sont couverts

Les industriels du grand Ouest, qui affichent des besoins moindres, n’ont aucune difficulté à s’approvisionner en réformes laitières. Du côté des bons animaux viandés et finis, le commerce ne fait pas apparaître de changements significatifs au début de cette semaine. La pression reste marquée dans les allaitantes de choix secondaire.
Votre analyse du marché - Veaux

Les vêlages d’automne saturent le marché

Le climat commercial reste pesant dans le commerce du petit veau, qui ne bénéficiera pas de l’embellie observée dans le secteur des veaux de boucherie. Les intégrateurs ont besoin de retrouver de la marge pour éponger les pertes subies pendant le confinement. Si les mises en place sont un peu plus régulières, les volumes restent conséquents et les tarifs pratiqués ne montrent pas de changements.