Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« J’ai essayé le lablab avec du maïs dans la ration des laitières »

réservé aux abonnés

Alimentation du troupeau - « J’ai essayé le lablab avec du maïs dans la ration des laitières »
« La valeur alimentaire du mélange diffère peu de celle du maïs cultivé en pur », constatent Jean-Marie Piget (au centre) et son fils Jean-Baptiste (à d.). Ici, avec Éric Chartier, de la chambre d’agriculture. © M.-F. Malterre

Le lablab n’a pas relevé la valeur protéique de l’ensilage de maïs qui, cultivé en pur, reste le pilier du régime des prim’holsteins de Jean-Marie Piget.

Sécheresses estivales à répétition et difficultés pour s’approvisionner en tourteaux non OGM poussent Jean-Marie Piget, exploitant à Saint-Gaultier, dans l’Indre, à explorer de nouvelles pistes pour remplacer l’ensilage de maïs dans la ration de ses vaches. Dans ce but, il a cultivé en 2020, un mélange composé de maïs et de lablab, mais faute de résultats probants, l’essai n’a pas été reconduit ce printemps. Sur le papier, le lablab, ou rongaï, montrait pourtant de nombreux atouts. La légumineuse, qui se présente comme un haricot grimpant, devait relever la valeur protéique de l’ensilage. « Le problème, c’est qu’elle ne représentait que 6 à 14 % du rendement dans les quatre essais conduits par le réseau Herbe et fourrages du département », déclare Éric Chartier, conseiller bovins lait à la chambre d’agriculture de l’Indre. Chez Jean-Marie, la valeur protéique était même encore plus faible pour l’association que pour le maïs cultivé en pur. Elle s’affichait à 6,5 %, contre 7,4 % pour le maïs seul.

À la récolte, la légumineuse représentait à peine plus de 10 % du rendement de l’ensilage. © Arvalis

Des écarts de rendement

Sur les autres sites, le lablab × maïs est légèrement plus riche en matière azotée totale, MAT (+ 1 point). La valeur est loin des espérances et le rendement total du mélange est souvent inférieur à celui du maïs cultivé seul. Le semis tardif, la levée souvent difficile de la légumineuse et la densité de semis du mélange (75 000 graines de maïs, soit 15 000 de moins par rapport au maïs pur, et 75 000 graines de lablab) peuvent expliquer ce manque de performance.

Autre point faible, « la semence de lablab est coûteuse : 90 € les 75 000 graines, et comme l’inoculum ne fonctionne pas, il faut apporter 50 unités d’azote au semis en plus, explique Jean-Marie. Pour autant, je n’exclus pas d’essayer à nouveau l’association lorsque les variétés de lablab seront plus adaptées à nos conditions. »

En 2021, le maïs cultivé en sec conserve sa place de leader dans la ration mélangée des laitières, même si ses rendements accusent une variabilité importante ces dernières années (8 à 12 t de matière sèche à l’hectare en moyenne, et jusqu’à 3 t pour les parcelles les plus sensibles à la sécheresse). Jean-Marie n’a pas trouvé de substitut qui parviendrait à le détrôner. « Le pois est beaucoup moins efficace que le soja pour équilibrer la ration, souligne l’exploitant. Je sème des intercultures de type ray-grass × trèfle violet avant d’implanter le maïs, mais elles fragilisent la culture de celui qui suit. Si nous ne parvenons pas à les récolter suffisamment tôt, le semis tardif du maïs l’expose davantage à la sécheresse estivale. »

L’irrigation n’est pas non plus une option retenue, en raison des difficultés pour la mettre en place. Pourtant, la Creuse borde les parcelles. « Le sorgho a églement besoin d’eau pour pousser, et il ne donne pas de meilleurs résultats que le maïs, estime aussi Éric Chartier. Quant à la ration 100 % herbe, elle engendre une remise à plat complète de l’exploitation. »  

M.-F. Malterre

Gaec Saint-Louis

• 3 associés : Jean-Marie Piget, son épouse Laurence et sa mère Marie-Jeanne.

• 80 prim’holsteins produisant 10 000 l.

• Surface : 144 ha, dont 30 ha de maïs.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !