«Cela s’est joué à un mois près. Sans la formation que j’ai suivie à la chambre d’agriculture de la Moselle (voir encadré), je serais parti sur un seul bâtiment pour toutes mes volailles. Or je n’aurais pas du tout été dans les clous vis-à-vis des normes de biosécurité qui sont désormais imposées. J’ai revu toute ma stratégie. Je vais installer huit bâtiments...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !