Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« J’ai acheté des embryons de la race stabiliser »

réservé aux abonnés

 - -->
Receveuses. Jean-Philippe Thomassin et les dix génisses qui ont reçu chacune un embryon de veau stabiliser, une race composite originaire de Grande-Bretagne. © D. PERONNE

Jean-Philippe Thomassin a implanté 10 embryons sur des génisses pour produire des bêtes jeunes mieux finies, et répondre ainsi à une nouvelle demande des acheteurs.

En novembre prochain naîtront chez Jean-Philippe Thomassin, agriculteur à Benney (Meurthe-et-Moselle), neuf veaux de la race stabiliser, issus de l’implantation d’embryons en février sur des génisses de 18 à 20 mois. Sur les dix embryons achetés (1), cinq étaient congelés, acquis en Grande-Bretagne via Bovinext. Les cinq autres, acquis « en frais », provenaient de donneuses du centre de sélection d’Épinal, où la production d’embryons vient de démarrer (lire La France agricole n° 3735, page 30).

Jean-Philippe élève 140 charolaises sur 345 ha. Il engraisse chaque année 180 taurillons, dont une partie est achetée à l’extérieur. Il mise sur la stabiliser pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, donc des abatteurs. « Dans les rayons boucherie des grandes surfaces, il n’y a plus de barquettes avec des steaks de 250 g comme il y a dix ans. On est passé à des morceaux de 150 g, constate-t-il. Les abatteurs nous demandent des bêtes plus petites, alors que la génétique nous a fait produire des animaux de plus en plus lourds, avec de grandes carcasses. Aujourd’hui, il faut mettre en marché des bêtes jeunes, bien finies, avec du gras, à la viande persillée. Pour répondre plus vite à cette demande - la sélection inverse nécessiterait dix ans -, l’Association de production animale de l’Est (Apal), dont je suis adhérent, nous offre l’opportunité de produire de la stabiliser, qui répond à ces nouvelles exigences. Une viande tendre et persillée demanderait une trentaine de jours de maturation mais, économiquement, quel abatteur peut se le permettre ? Quant à faire venir des génisses ou des vaches vivantes de cette race, c’est très compliqué. Il y a des contraintes sanitaires et peu de bêtes disponibles outre-Manche. »

En plus des qualités liées à sa viande, la stabiliser ont l’avantage de vêler à deux ans. Les mises bas devraient être faciles, les veaux pesant à la naissance environ 35-40 kg, contre 45 à 50 kg pour un charolais.

80 € pour la pose

Jean-Philippe a acheté les embryons 500 € chacun, ceux produits en France étant sexés. Il évalue le coût de l’ensemble des interventions à 80 € par femelle. L’implantation elle-même est réalisée par un technicien d’Elitest. « Économiquement, ce n’est pas la meilleure année pour se lancer, reconnaît l’éleveur. D’autant que notre région a beaucoup souffert des aléas climatiques ces deux dernières années. Mais l’opportunité était là. »Lorsque les veaux seront nés, il ne prévoit rien de spécifique en termes de conduite, d’alimentation et de suivi sanitaire. Si ce n’est des pesées régulières, car les meilleures génisses seront achetées par Elitest pour produire des embryons.

Dominique Péronne

(1) L’une des génisses a avorté en mars.

Une association pour promouvoir la race dans le Grand-Est

Créée en avril 2017, l’association Bovinext a pour objectif de développer la race stabiliser dans le Grand-Est, puis dans l’Hexagone. Les trois membres fondateurs sont la chambre régionale d’agriculture du Grand-Est, la coopérative d’insémination Elitest, et l’Association de production animale de l’Est (Apal), une organisation de producteurs non commerciale regroupant 1 500 éleveurs.

Le 1er juin 2017, un accord sur cinq ans a été signé entre la Stabiliser Cattle Company (l’équivalent d’un organisme de sélection français) et Bovinext pour un programme d’exclusivité de commercialisation de la race en France. Tout éleveur qui veut introduire la stabiliser doit adhérer à Bovinext. Le coût de l’adhésion est de 100 €/an, avec un engagement d’achat de 10 embryons (500 € HT par embryon sexé, 400 € HT par embryon non sexé). La Région offre une aide de 100 € par embryon.

Plus d'infos sur le sujet

Calendrier


J - 12 Piqûre de prostaglandine

J - 4 Pose des implants

J - 2 Retrait de l’implant + hormone PMSG

J 0 Vache en chaleur

J + 7 Implantation de l’embryon stade 7 jours, après vérification de l’état des corps jaunes (échographie) par le technicien d’Elitest.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !