« La génétique aubrac, c’est une affaire de famille ! », avertit Jérôme Malvezin, qui a rejoint Michel, son père, depuis 2013 à Montsalvy (Cantal). Ce dernier s’était installé en 1982 à la suite de son père, Pierre, qui élevait des vaches aubracs en achetant des taureaux sélectionnés depuis 1948. « Nous apprécions la rusticité de ces bêtes, capables...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les besoins des industriels sont couverts

Les industriels du grand Ouest, qui affichent des besoins moindres, n’ont aucune difficulté à s’approvisionner en réformes laitières. Du côté des bons animaux viandés et finis, le commerce ne fait pas apparaître de changements significatifs en ce début de semaine. La pression reste marquée dans les allaitantes de choix secondaire.
Votre analyse du marché - Bovins maigres

Léger rebond

Le remplissage de deux bateaux à destination du Quatar et de la Tunisie a donné un peu de souplesse dans les échanges d’animaux cette semaine, sans pour autant impulser un renversement de tendance des prix face à des marchés italien et espagnol toujours très peu actifs.
Votre analyse du marché - Veaux

Aucune embellie en vue

L’offre française et européenne de veaux nourrissons reste largement supérieure au nombre de mises en place permises pour l’engraissement de veaux de boucherie ou de jeunes bovins. Près de la moitié des veaux nés en France prennent la direction du marché espagnol, déjà saturé. Les frais pour la réalisation des tests PCR sont lourds, de l’ordre de 25 à 30 € par veau.