« La génétique aubrac, c’est une affaire de famille ! », avertit Jérôme Malvezin, qui a rejoint Michel, son père, depuis 2013 à Montsalvy (Cantal). Ce dernier s’était installé en 1982 à la suite de son père, Pierre, qui élevait des vaches aubracs en achetant des taureaux sélectionnés depuis 1948. « Nous apprécions la rusticité de ces bêtes, capables...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La consommation estivale est atone

Avec les épisodes de fortes chaleurs, les éleveurs, qui tentent de limiter les achats de fourrages, commencent à vendre des animaux en manque de finition. Ces volumes supplémentaires ne font qu’accroître la pression sur le marché à une période de l’année où la demande est ciblée et surtout limitée.
Votre analyse du marché - Bovins maigres

Les tarifs sont à la baisse

Avant la trève estivale, l’activité commerciale se dégrade sous la pression des engraisseurs italiens, espagnols et français.
Votre analyse du marché - Veaux

Les cours des veaux laitiers sont stables

L’offre de veaux laitiers est en adéquation avec les besoins des intégrateurs. Ces derniers se sont mis à jour dans les retards de sortie, au prix de sacrifices financiers. Le recul des mises en place, en conséquence de la crise de Covid-19, ne devrait pas se ressentir avant le quatrième trimestre.