«La première enquête permet de tordre le cou à certaines idées reçues, notamment celle que la blonde d’Aquitaine serait une vache de grand gabarit manquant de viande, se félicite Lionel Giraudeau, le directeur de l’OS Blonde d’Aquitaine. En huit ans, la proportion de réformes classées U a gagné 10 points, passant de 48 à 58 %. Les animaux se sont alourdis de 4 kg de carcasse (kgc) par an, un...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !