Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Deux modèles d’élevage pour la blonde d’Aquitaine

réservé aux abonnés

 - -->

La filière blonde d’Aquitaine mène une vaste enquête visant à améliorerles pratiques de finition des vaches. Première étape, la caractérisation de l’offre.

«La première enquête permet de tordre le cou à certaines idées reçues, notamment celle que la blonde d’Aquitaine serait une vache de grand gabarit manquant de viande, se félicite Lionel Giraudeau, le directeur de l’OS Blonde d’Aquitaine. En huit ans, la proportion de réformes classées U a gagné 10 points, passant de 48 à 58 %. Les animaux se sont alourdis de 4 kg de carcasse (kgc) par an, un rythme équivalent aux autres races à viande spécialisées. »

En 2016, la blonde d’Aquitaine enregistrait les poids carcasse les plus lourds, à égalité avec la race parthenaise, et une moyenne de 483 kgc pour un âge de 90 mois. « Nous sommes par ailleurs la seule race à avoir accru notre variabilité de poids entre 2008 et 2016. Ce phénomène est lié à l’extension de la population vers le nord, avec le développement du bassin Centre-Ouest, et plus récemment Nord-Est. Le diagnostic révèle que les conduites d’élevage et les modèles d’animaux divergent fortement en fonction des zones de production », note Lionel Giraudeau.

Pistes d’amélioration

Dans le bassin d’origine de la race (Sud-Ouest), l’étalement des âges à l’abattage va de pair avec des carcasses plus hétérogènes, moins lourdes et moins conformées que dans les deux autres bassins. « Les éleveurs sont généralement des naisseurs, pour qui la vache de réforme est un sous-produit plus ou moins bien valorisé selon leur technicité et les disponibilités alimentaires », constate Lionel Giraudeau. Un quart des vaches nées dans le Sud-Ouest en sortent, créant un flux d’animaux maigres essentiellement dirigé vers les ateliers d’engraissement du Centre-Ouest.

« Dans le Sud-Ouest, et particulièrement en zone de montagne, les pistes d’améliorations concernent la sélection génétique d’animaux plus conformés et l’acquisition de pratiques d’engraissement plus performantes », énumère Lionel Giraudeau.

La zone Centre-Ouest est davantage tournée vers l’engraissement et produit des vaches jeunes (6 ans et 9 mois en moyenne) et bien conformées (70 % de U ou E). « Dans cette zone, il faut être attentif à limiter le poids des carcasses et à maîtriser les coûts alimentaires. De gros opérateurs organisent la production et écoulent une bonne partie des animaux dans la grande distribution, demandeuse de carcasse de poids moyen. De plus, les animaux à fort développement squelettique, souvent maigres en début d’engraissement, requièrent une durée de finition considérablement allongée par rapport à des gabarits intermédiaires. » La conduite dans le Nord-Est se rapproche de celle du Centre-Ouest.

Valérie Scarlakens
Aller vers davantage de U = et de U +

La filière a défini comme objectifs de carcasse une conformation minimum U =, une note d’engraissement de 3 et un poids compris entre 420 et 600 kgc. « Nous avons été volontairement ambitieux sur les conformations pour tirer les résultats vers le haut, explique Lionel Giraudeau. Si les vaches U - sont encore bien valorisées, nous craignons que le marché ne se tende à l’avenir. Pour garder le différentiel de prix dont bénéficient les blondes d’Aquitaine, il vaut mieux viser U =/U +. » En 2016, 30 % des réformes répondaient aux objectifs de conformation et d’engraissement. Une proportion que Lionel Giraudeau voudrait voir progresser d’au moins 20 points. Une logique d’autant plus vraie dans le Centre-Ouest, où les carcasses moins conformées sont davantage pénalisées que dans le Sud-Ouest.

Quant aux objectifs de poids, les avis divergent. « Pour le moment, les carcasses très lourdes de plus de 620 kgc trouvent preneur parmi les bouchers traditionnels, qui y voient l’opportunité de faire de l’extension de découpe. Mais nous avons conscience qu’il faut stopper la tendance à l’alourdissement. »

L’abattage en 2016

Bassin Sud-Ouest : 36 % de la production nationale Âge : 107 mois Poids : 471 kgc Conformation U : 48 % Note de gras : 3

Bassin Centre-Ouest : 52 % de la production nationale Âge : 81 mois Poids : 494 kgc Conformation U : 67 % Note de gras : 3

Bassin Nord-Est : 13 % de la production nationale Âge : 78 mois Poids : 472 kgc Conformation U : 53 % Note de gras : 3

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !