Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Des cours bien positionnés

réservé aux abonnés

 - -->
© S. Champion

La fin de 2021 semble sourire au marché des femelles. La reprise de la restauration hors domicile (RHD) et des échanges intra-européens au printemps ont accentué la pénurie en vaches laitières, conduisant à une progression rapide des prix, pour atteindre des niveaux inégalés depuis 2015. Les cotations des allaitantes U et R ont aussi été tirées à la hausse, mais de façon plus modérée. Face à la forte inflation des charges, cette embellie des prix est la bienvenue.S’agissant des abattages, ceux des vaches allaitantes restent quasiment stables sur les dix premiers mois de l’année (+ 0,5 %/2020). En réformes laitières, ils reculent de 3 %. En jeunes bovins (JB), l’allégement progressif des stocks en Europe a permis une remontée des cours. En moyenne de janvier à octobre, la cotation du JB R3 affiche + 4,2 %/2020. La réouverture de la RHD en juin a engendré une forte demande à tel point que la marchandise vient à manquer. Lissés sur les dix premiers mois 2021, les effectifs abattus progressent de 1,1 % par rapport à 2020, année marquée par un fort repli des abattages. En veaux de boucherie, la baisse saisonnière des cours a été moins accentuée que les années précédentes, du fait de mises en place prudentes.

Exportations soutenues en vif comme en viande

Les importations de viande bovine ont fait leur retour au sein de l’Hexagone à partir de juin, pour se placer à un niveau intermédiaire entre 2019 et 2020. De leur côté, les exportations françaises dépassent leur niveau de 2020, tirées notamment par la demande allemande. La consommation calculée par bilan reste stable en comparaison à l’an dernier.

En veaux nourrissons, les envois progressent de 5,5 % en cumul de janvier à septembre par rapport à 2020. Le commerce toujours soutenu vers l’Espagne ne suffit pas à résorber le trop-plein d’offres, et les prix restent en berne. En broutards, les ventes sont restées dynamiques. Les cours se sont stabilisés malgré la poursuite de la hausse des prix des JB en Europe.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le commerce reste fluide

La sécheresse est dans tous les esprits, mais la météo permet un maintien des animaux dans les herbages. Les sorties restent modestes alors que les abattoirs ont des besoins constants pour assurer les commandes de leurs clients.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !