Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Bien aménager son aire d’équarrissage

réservé aux abonnés

Biosécurité - Bien aménager son aire d’équarrissage
L’aire d’équarrissage doit être éloignée des arbres et des fils électriques afin de faciliter la manœuvre du camion d’enlèvement et de sa grue. © Jean-Michel Nossant

Quelle que soit la production, la gestion des cadavres doit être envisagée de manière à assurer la biosécurité de l’élevage, ainsi que la sécurité de l’éleveur comme de l’agent d’enlèvement.

L’aménagement de l’aire d’équarrissage est une des mesures de biosécurité obligatoires pour les élevages de volailles depuis 2018, et pour les élevages de porcs depuis le 1er janvier 2020. Ces dispositions sont également recommandées pour les ruminants. « La Charte des bonnes pratiques d’élevage, qui est en cours de révision, présente un point dédié à l’équarrissage, souligne Delphine Neumeister (Idele). Pour le valider, le technicien vérifie l’existence d’un lieu de stockage des cadavres éloigné des bâtiments, sans écoulement en leur direction, et non accessible aux chiens. »

Rester loin des bâtiments

La première étape d’un bon aménagement consiste à définir le plan de circulation de l’exploitation avec la matérialisation des trois zones : l’unité de production (où se trouvent les animaux), la zone professionnelle et la zone publique. L’aire d’équarrissage doit impérativement être positionnée dans cette dernière, à une distance minimale de 20 m du plus proche bâtiment, le plus loin possible de toute entrée d’air et sans bâtiment en aval des vents dominants. Le camion d’enlèvement ne doit pas entrer dans la zone de production.

Les conditions de collecte en élevage sont similaires, quel que soit l’équarrisseur : l’aire d’enlèvement doit être étanche et réservée à cet usage, clairement signalée et toujours au même endroit. Elle doit également permettre la manœuvre d’un camion de 19 tonnes (2,55 m de large, 8 m de long, 3,6 m de haut) et de sa grue de 6 m. Par conséquent, il convient de l’éloigner des arbres et des fils électriques. Pour assurer la rotation de la grue, un espace d’un rayon de 8 à 10 mètres est nécessaire.

Pour que le camion positionne sa béquille lors de l’enlèvement, l’aire doit être stabilisée, idéalement bétonnée. Son nettoyage et sa décontamination sont nécessaires, au même titre que le bac d’équarrissage destiné aux animaux de moins de 40 kg (stockés dans un congélateur et un local dédiés avant confirmation de l’enlèvement). Ce bac doit être en bon état (roulettes, couvercle et palonnier), nettoyé et désinfecté régulièrement.

Limiter les contacts

Les gros animaux ne sont pas enlevés par l’équarrisseur s’ils sont disposés derrière une haie, dans un pré ou sous un abri (toit, auvent, hangar). Il est conseillé de les stocker sous une couche de paille dès les premières chaleurs. Les bâches et cloches sont proscrites car elles favorisent la décomposition.

Pour limiter tout contact avec l’agent d’enlèvement, l’aire d’équarrissage doit être équipée d’une boîte d’échange de documents. « Elle doit être hors d’eau, afin de remettre les passeports des animaux et les paiements éventuels si l’éleveur n’est pas adhérent à une association ATM (animaux trouvés morts) ou s’il demande un enlèvement à titre de particulier, par exemple pour un cheval, explique Sophie Grégoire, responsable de la communication chez Akiolis, dont la filiale Atemax est spécialisée dans les ATM. Les mesures doivent être encore plus respectées dans cette période marquée par le Covid-19, pour la protection des agents comme de l’éleveur. »

Yanne Boloh

Délais d’enlèvement temporairement allongés

Le délai réglementaire prévu pour l’enlèvement des animaux morts est passé de deux à trois jours francs. Cette disposition restera en vigueur jusqu’à un mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire, prévue le 10 juillet 2020.

Les deux jours francs réglementaires correspondent à deux jours ouvrés (hors week-end et jours fériés) et sont calculés selon le code rural et les clauses conclues avec les associations ATM (animaux trouvés morts). Le délai débute le lendemain de l’appel à minuit. Un appel passé après 18 h est pris en compte le lendemain à partir de 8 h et le délai des deux jours commence donc le surlendemain. Ainsi, pour un appel entre lundi 18 h et mardi 18 h, le camion viendra le mercredi ou, au plus tard, le jeudi.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Léger recul de la demande

Dans le domaine des allaitantes de haute qualité bouchère, les flux commerciaux restent réguliers, grâce à une bonne adéquation entre l’offre et la demande. Les tarifs sont stables sur la plupart des marchés, malgré la tenue des concours d’animaux de boucherie. En réformes laitières, l’activité commerciale reste assez fluide, même si les industriels sont moins actifs dans leurs commandes tenant compte des promotions de porc, des foires aux vins et du budget serré des ménages sur cette fin de mois de septembre.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !