« 58 % des chefs d’exploitation du Puy-de-Dôme partiront à la retraite dans les 10 à 15 ans à venir. Malgré toute sa vitalité, notre zone géographique de production de Saint-Nectaire n’échappe pas à cette réalité. 32 % de nos producteurs ont plus de 57 ans et la moitié d’entre eux n’a pas encore de repreneur, explique Emilie Rousset, directrice de l’interprofession lors d’une réunion à Egliseneuve-d’Entraigues (Puy-de-Dôme), le 14 novembre 2022.

Organisée avec la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme dans le cadre de la septième édition de la Quinzaine Transmission Reprise, son but était de sensibiliser les producteurs de plus de 50 ans et les porteurs de projets, dont des hors-cadre familiaux, à la nécessité d’anticiper cinq à dix ans à l’avance la transmission. 

Bonne valorisation du produit

« Notre filière compte 432 exploitations dont 210 en production fermière. Pour une production annuelle de 14 500 t dont plus de 8 000 t en fromage fermier, elle emploie plus de 800 exploitants et de 200 à 300 salariés, précise Justine Vandomme, responsable des ressources humaines de la filière du Saint-Nectaire. La valorisation du lait transformé par quatre laiteries et celle du fromage fermier, principalement vendu « en blanc » à des affineurs, sont des atouts majeurs pour attirer des candidats à la reprise des exploitations.

La modernisation des structures impacte aussi l’attractivité du métier. » Sur les 18 installations aidées de 2020 dans le Puy-de-Dôme, 14 d’entre elles l’ont été dans la zone Saint-Nectaire.

Pour Marine Tartière et Anaïs Tréfond, associées depuis le 1er janvier 2022 sur une ferme de 135 ha et 60 laitières à Saint-Nectaire, « la connaissance du produit par leurs précédents emplois de salariées et la valorisation du lait et du fromage ont été déterminantes dans leur installation ».