Même si le chien est virtuel, l’apprentissage est réel. L’Institut de l’élevage (Idele) et la MSA Auvergne ont mis à disposition leur outil de sensibilisation au dressage des chiens de conduite de troupeau. Déjà présenté sur des salons, le module se présente sous la forme d’un casque de réalité virtuelle. Il simule avec un excellent réalisme un pré, des brebis et un chien, nommé Idele, qu’il faut dresser. Avec six scénarios, l’utilisateur apprend à valoriser les aptitudes du chien offert par sa génétique en mettant des mots sur des comportements naturels : placement à l’opposé du maître, contournement sur la gauche ou la droite du troupeau et, finalement, déplacement d’un petit lot de brebis.

Un changement majeur

Bien sûr, ce n’est pas le chien qui apprend mais le berger en herbe. « Le chien est un changement majeur dans la relation entre l’éleveur et les animaux. L’éleveur devient une référence positive et rassurante pour les animaux grâce au chien qui, lui, est chargé de les regrouper et de les ramener vers l’éleveur. C’est une nouvelle relation qui se construit », explique Barbara Ducreux, de l’Idele.

En permettant de ressentir les bases de la conduite du chien, cet outil a pour objectif de sensibiliser les éleveurs (bovins, caprins, ovins…) sans chien ou les futurs éleveurs à l’utilité d’un chien de conduite. Il peut servir d’outil pédagogique pour les établissements agricoles mais il n’a pas pour vocation de remplacer la pratique réelle de conduite du troupeau qui est faite pendant les formations collectives d’éleveurs.