Après sept ans d’absence, dont deux causés par le Covid, le super comice a investi à nouveau les rues de Pontarlier dans le Haut-Doubs. Institution vivante, cette fête rassemble tous les passionnés d’élevage du département, jeunes et anciens, qui sont nombreux dans ce fief de la montbéliarde et du cheval comtois. Le samedi 22 octobre 2022, au cœur de la ville, 600 vaches et génisses, étaient rassemblées pour le grand concours.

Entre sabotage et attaque de loup

La veille une nouvelle attaque de loup, faisant deux victimes parmi les génisses du Gaec Scalabrino près de Mouthe, avait mis la pression chez les éleveurs déjà à cran. Quelques jours avant, la tension s'était encore accrue avec le sabotage par des écologistes d’une opération pilotée par la préfecture et destinée à éloigner le loup. " Alors que nous respectons la réglementation concernant le loup, eux sabotent une action légale. C’est inacceptable ", déploraient des jeunes éleveurs à Pontarlier.

Une analyse partagée par le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, présent à Pontarlier et qui est allé le matin rencontrer la famille d’éleveurs prédatée. " En l’état actuel des choses et compte tenu des caractéristiques des parcellaires de la région, les troupeaux du massif jurassien ne sont pas protégeables ", a affirmé le ministre.

Un élevage " menacé"

Et d’annoncer, d’ici à l’élaboration du prochain plan loup au printemps 2023, la simplification des protocoles entourant les tirs d’effarouchement et de défense ainsi que l’examen d’éléments de dérogation pour certains territoires : " Aujourd’hui ce n’est pas le loup qui est menacé, mais l’élevage. Que gagnerons-nous en biodiversité globale, en capacité de stockage de carbone des prairies, si l’élevage disparaît ? ".

Chargée en émotions, la journée s’est clôturée par la belle victoire de « Mûre », championne adulte et superchampionne. Un sacre qui récompense la passion et le travail de toute une famille, sur plusieurs générations.