Séneçon du Cap et datura sont des plantes d’automne. Elles poussent habituellement sur le bord des chemins, mais ces dernières années elles apparaissent dans les espaces laissés vides par les graminées prairiales qui ont disparu à la suite des fortes chaleurs estivales.

© Gilbert Gault - Datura.

En principe, l’amertume du séneçon ou du datura suffit à dissuader les bovins ou les équins de les consommer.  Peu de cas d’intoxication sont pour l’instant constatés. Toutefois, le  Respe (Réseau d’épidémiosurveillance en pathologie équine) appelle les éleveurs à faire preuve de vigilance et à bien observer les parcelles très infestées par les deux plantes.

Contamination du lait et du miel

« Attention donc à ce que Séneçon du Cap ou datura ne prennent pas une place anormale dans l’alimentation des animaux (bovins ou équins), prévient Gilbert Gault, vétérinaire au CNITV (Centre national d’informations toxicologiques vétérinaires).  Le séneçon du Cap s’avère hépatotoxique par ses alcaloïdes pyrrolizidiniques et le datura neurotoxique par ses alcaloïdes tropaniques. Ces substances peuvent aussi se contaminer le miel et le lait. » 

© Gilbert Gault - Séneçon commun.

Attention aussi à la présence de ces plantes dans les foins. En raison du manque de stocks dans plusieurs régions, la tentation peut être grande de récolter ces surfaces de dépannage, mais cela pourrait être néfaste sur la santé des animaux.