Alors que deux nouveaux foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été confirmés les 27 et 28 mars 2022 en Bretagne, le ministère de l’Agriculture a précisé, dans une instruction technique publiée le 31 mars 2022, les modalités du dépeuplement préventif dans la Région.

 

Précisant que la Région Pays de Loire « connaît actuellement une diffusion très rapide du virus », la rue de Varenne demande de procéder à « un dépeuplement préventif périfocal autour du foyer situé sur la commune de Guipry-Messac (Ille-et-Vilaine) et autour du foyer situé sur la commune de Peillac (Morbihan). » Des mesures identiques avaient été prises le 25 mars, concernant le foyer détecté à Essé (Ille-et-Vilaine) le 18 mars dernier.

 

> À lire aussi : Influenza aviaire, vers un dépeuplement des volailles autour des zones sensibles du Grand Ouest (25/03/2022)

Vers un « pare-feu » interrégional

Concrètement, il s’agit de dépeupler l’ensemble des élevages commerciaux de volailles situés à moins de 3 kilomètres des foyers concernés. « Le dépeuplement s’organise en privilégiant la valorisation des lots lorsque cela est possible. Pour les lots d’animaux ne pouvant pas être valorisés, une solution de mise à mort in situ devra être mise en œuvre », indique le ministère.

 

D’après l’instruction technique, cette stratégie de dépeuplement dite « périfocal » est mise en place « dans l’attente de l’exécution d’une stratégie de dépeuplement type pare-feu entre les Régions Pays de la Loire et Bretagne qui fera l’objet d’une instruction séparée, afin de protéger le bassin de production breton. »

 

À lire aussi :Grippe aviaire, le cauchemar des éleveurs vendéens de volailles (21/03/2022)