« Les experts sont unanimes et constatent une présence exceptionnelle du virus de l’influenza aviaire dans l’environnement cette année dans toute l’Europe où la majorité des pays sont impactés par ce virus », alerte le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), dans un communiqué publié le 6 janvier 2021.

 

> À lire aussi : Grippe aviaire, l’interdiction de mises en place de volailles prolongée dans le Sud-Ouest (06/01/2022)

Coordonner les actions

Dans ce contexte, le Cifog enjoint l’ensemble des professionnels à renforcer leur mobilisation, que ce soit pour appliquer rigoureusement les règles de biosécurité, accélérer les actions de dépeuplement lorsque nécessaire, et mettre en place des études épidémiologiques pour comprendre la diffusion du virus malgré les mesures de prévention.

 

L’interprofession demande également « la mise en place dans les plus brefs délais de la cellule de coordination prévue pour la gouvernance de crise sous l’autorité du préfet de Région avec une réunion quotidienne réunissant tous les intervenants pour faciliter et accélérer la coordination des actions ».

 

> À lire aussi : Grippe aviaire, « La luzerne aide mes poules à s’adapter au confinement » (vidéo) (04/01/2022)

« Protéger nos animaux par une vaccination »

En parallèle, le Cifog estime qu’à court terme, il est « est indispensable de faire avancer le dossier de la vaccination des animaux contre l’influenza aviaire, tout en préservant la possibilité de poursuivre les exportations. » L’interprofession estime que ce dossier doit être traité à l’échelle européenne, « car tous les pays sont touchés ».

 

Par conséquent, elle considère que la vaccination contre l’IAHP doit « impérativement faire partie de la feuille de route de la Présidence française de l’Union européenne », qui a débuté le 1er janvier 2022. « Alors que les règles de biosécurité sont respectées, il est indispensable de pouvoir protéger nos animaux par une vaccination, sans quoi les filières avicoles resteront menacées par ce virus », insiste le Cifog.

 

> À lire aussi sur DecodAgri : Foie gras : que deviennent les canetons femelles ? (06/01/2022)