. Les abattages d’ovins de réforme reculent, quant à eux, de 1 % en effectif et en poids.

 

L’Espagne augmente ses envois

En octobre, les importationsd’ovins vivants sont restées dynamiques par rapport à 2020. Elles dépassent de 63,6 % leur niveau de 2020. L’Espagne a notamment augmenté ses envois de 87,3 %.

 

Les exportations d’ovins vivants dépassent de 50 % le niveau faible de 2020 et concernent des envois d’agneaux vers l’Italie, note aussi Agreste.

 

Les exportations de viande ovine progressent pour le dixième mois consécutif par rapport au niveau de 2020, mais cela est dû « aux réexportations de viande en provenance du Royaume-Uni, essentiellement vers l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas ».

Repli des importations de près de 9 %

Les importations de viande ovine dépassent de près d’un tiers leur niveau d’octobre 2020. Une partie d’entre elles est toutefois en transit. Selon Agreste, « après estimation des volumes réexportés en provenance du Royaume-Uni, les importations destinées au marché français seraient en repli de 8,9 % par rapport à octobre 2020 ».

0,71 €/kg de carcasse de plus qu’en novembre 2020

La baise de l’offre sur les marchés constitue une situation favorable au maintien des cotations de l’agneau. En novembre, celles-ci ont continué à progresser. « À 7,80 €/kg carcasse, le prix de l’agneau est supérieur de 71 centimes d’euros par kg de carcasse au niveau de l’an dernier », observe Agreste.