Huit foyers d’influenza aviaire hautement pathogène H5N1 se situent dans le nord la France et huit autres dans le Sud-Ouest (cinq dans le Gers, deux dans les Pyrénées-Atlantiques et un dans les Landes), a précisé le ministère de l’Agriculture à la suite d’une intervention du ministère de l’Agriculture, Julien Denormandie, sur RMC le 23 décembre 2021.

 

Le dernier cas identifié se situe dans le Gers, dans un élevage se trouvant dans un rayon de trois kilomètres du premier foyer détecté dans le Sud-Ouest le 16 décembre dernier dans la commune de Manciet.

« Protéger massivement »

Conformément au protocole en place, les palmipèdes de ce dernier élevage, considéré en « lien épidémiologique » avec le premier, ont été abattus préventivement. « Les résultats positifs des tests sont arrivés après le dépeuplement de ce foyer », a précisé ministère.

 

Il faut « protéger massivement », a plaidé le ministre de l’Agriculture, pour ne pas répéter le scénario de l’hiver dernier, quand le virus avait affecté 15 départements et conduit à l’abattage de 3,5 millions de volailles d’élevage.

 

« Dès lors qu’un élevage est contaminé par ce virus, pour éviter tout risque et pour éviter que ce même élevage contamine ceux d’à côté, nous ordonnons l’abattage soit des palmipèdes, soit des volailles, qui s’y trouvent », a expliqué Julien Denormandie. Mais « la consommation de foie gras, de canard ou d’œufs ne présente aucun risque ».

 

> À lire aussi : Grippe aviaire, les abattages préventifs ont commencé dans le Gers (21/12/2021)