, l’intrusion ne peut pas être systématiquement considérée comme telle. « Les intrusions ont lieu le plus souvent la nuit et n’empêchent pas forcément l’activité agricole. L’entrave ne peut donc être retenue. »

 

 

La garde des Sceaux et le syndicat travaillent par ailleurs à ce que le risque sanitaire puisse être considéré comme une circonstance aggravante, en cas d’intrusion. Ils entendent désormais poursuivre « un travail d’expertise approfondi », détaille la présidente de la FNSEA. Un nouvel entretien est prévu dans les prochaines semaines.