Dans le massif du Petit Luberon (Vaucluse), le partenariat entre l’Office national des forêts (ONF), le Parc régional du Luberon, la Direction départementale des territoires, le Conseil départemental de Vaucluse, le Cerpam et l’association des éleveurs et bergers est une aventure qui dure depuis 30 ans. C’est la raison pour laquelle le Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes-Méditerranée (Cerpam) qui organise la mise en relation des différents partenaires a choisi Cheval-Blanc, une commune de ce massif, pour y tenir son assemblée générale le 28 avril 2022.

 

« Depuis 1990 les différents acteurs construisent ensemble des stratégies pour maintenir la biodiversité et lutter contre les incendies, souligne Anouk Courtial, ingénieure au Cerpam. L’élevage pastoral est au cœur de la gestion concertée. En pratique par exemple, les troupeaux sont essentiels pour l’entretien des bandes de 50 m de largeur autour des pistes prévues pour le passage des pompiers lorsqu’un feu se déclare en forêt. »

Pâturage de la forêt publique

Ces partenariats sont d’autant plus importants dans le contexte du réchauffement climatique actuel. « Alors que la ressource fourragère pour les élevages diminue dans les alpages du mont Ventoux, nous mettons aussi en place un projet de recherche et développement qui doit durer trois ans et viser à la mise en place d’actions opérationnelles. Il implique également les différents partenaires, pour aller pâturer la forêt publique du massif via la réouverture de quartiers boisés pour l’été », ajoute Anouk Courtial. Cela implique des adaptations comme de coordonner la ressource avec le nombre d’animaux.

 

La présence des loups vient toutefois perturber les actions mises en place. Le thème s’invite désormais invariablement dans les débats de l’assemblée générale. Maploup, un site internet qui recense au jour le jour les suspicions d’attaques de loups permet à l’ensemble des acteurs de rester en alerte sur le contexte de prédation. Il est en place dans la région depuis 2021. « Cela représente un travail important de mise à jour, car les attaques augmentent », déclare Anouk Courtial, qui s’occupe d’enrichir les informations des départements du Vaucluse, du Var, des Hautes-Alpes, des Bouches-du-Rhône et des Alpes-de-Haute-Provence. »

 

> À lire aussi : Suivre les attaques de loups en temps réel (27/05/2020)