Un mix entre « Élevage » et « Alliance », la fédération Eliance est née après 2 ans de « travail acharné ». Issue du rapprochement entre l’Union des entreprises de génétique et de reproduction des ruminants (Allice) et France Conseil Élevage (FCEL), la nouvelle organisation chaperonne 110 entreprises au service de 80 000 éleveurs de ruminants.

 

Le nom et le slogan de la fédération ont été révélés le 12 avril 2022 à Paris : « Eliance : Des éleveurs, une ambition ». La raison d’être d’Eliance est résumée ainsi : « Contribuer à maintenir en France un élevage de qualité, valorisant et rémunérateur pour les éleveurs, respectueux des Hommes, des animaux et de l’environnement, pour permettre un accès à une alimentation saine et suffisante au plus grand nombre, ici et ailleurs. » Rien que ça.

 

> À lire aussi : Sélection génétique, la paratuberculose « dans les radars génomiques » (08/04/2022)

« Mariage des compétences »

Pour répondre à tout cela, Eliance compte s’appuyer sur ses quatre commandements :

  • Innovation ;
  • Influence ;
  • Attractivité ;
  • Efficacité.

 

Le volet de l’innovation, particulièrement mis en avant lors de la cérémonie de lancement, fait notamment écho aux travaux sur l’épigénétique ou la réduction de l’empreinte environnementale des élevages.

 

L’efficacité fait référence au « mariage des compétences » d’Allice et de FCEL (contrôle de performances, génétique, conseil…) au service d’un « accompagnement à 360° » pour les éleveurs, mais également aux économies de fonctionnement prévues à l’échelle de la fédération (mutualisation des locaux et des outils).

 

> À lire aussi : Contrôle de performances, en bovin allaitant, les règles de calcul des poids à âge type évoluent (08/04/2022)

Partenariats en vue

« Être symbiotique, c’est vivre ensemble de façon fusionnelle en s’offrant des bénéfices mutuels », résume Bernard Malabirade, premier vice-président d’Eliance.

 

Un « mariage de cœur et de raison », comme aime à dire la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, marraine de l’événement, autour duquel graviteront d’autres partenaires. Dominique Davy, le président de la fédération, a évoqué les interprofessions du lait (Cniel) et de la viande bovine (Interbev) mais également certains instituts techniques, comme l’Institut de l’élevage (Idele), l’Inrae et les écoles vétérinaires.

 

Le parrain du mariage, l’eurodéputé Jérémy Decerle, salue l’initiative d’un regroupement « tourné vers l’avenir » visant à « promouvoir des solutions face aux défis de demain » pour « contrer ceux qui nous empêchent de progresser ».

 

> À lire aussi : Génétique, vers une revalorisation des index bovins avec le « Single Step » (10/03/2022)