Le scénario se répète à moins de deux semaines d’intervalle. Après la détection des deux premiers foyers bretons d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) le 16 mars à Ambon, dans le Morbihan, et le 18 mars à Essé, dans l’Ille-et-Vilaine, deux nouveaux cas en élevage sont confirmés dans la région.

Canards reproducteurs

Le 27 mars, un atelier de canards reproducteurs situé à Guipry-Messac (Ille-et-Vilaine) s’est révélé contaminé par l’IAHP. Il s’agit du deuxième foyer en élevage du département. Des zones de protection et de surveillance ont été mises en place autour de l’exploitation infectée. 22 communes sont concernées par cette zone réglementée.

 

Les mouvements de volailles et d’oiseaux captifs y sont interdits, « sauf dérogations accordées par la direction départementale de la protection des populations (DDPP) », précise la préfecture de l’Ille-et-Vilaine. Les 4 900 volailles de l’exploitation touchée seront abattues.

 

> À lire aussi : Influenza aviaire, vers un dépeuplement des volailles autour des zones sensibles du Grand Ouest (25/03/2022)

27 000 canards mulards abattus

Dans le Morbihan, c’est un élevage de 27 0000 canards mulards situé à Peillac qui a été contaminé. Là aussi, il s’agit du second foyer du département, qui sera également dépeuplé.

 

Le protocole préventif reste le même, avec la mise en place d’une zone de protection dans un rayon de 3 kilomètres autour du foyer (6 communes), et d’une zone de surveillance dans un rayon de 10 kilomètres (17 communes).

 

> À lire aussi : Grippe aviaire, des voix dénoncent les conditions d’élimination des volailles (22/03/2022)

1 084 foyers en élevage en France

Ce mardi 29 mars 2022, le ministère de l’Agriculture recensait 1 084 foyers en élevage en France, depuis l’apparition du premier cas d’IAHP le 6 novembre 2021, au sein d’un élevage commercial de poules pondeuses situé dans le département du Nord. Il s’agit d’un bilan bien plus lourd que l’épizootie de 2020-2021, qui avait causé au total 492 foyers en élevage.

 

Après une première vague de l’épidémie dans les départements du sud-ouest de la France, c’est désormais le Grand Ouest qui est touché. Le département de la Vendée paie le plus lourd tribut avec 493 foyers en élevage, très loin devant les Landes (231 foyers) et le Maine-et-Loire (101 foyers).

 

> À lire aussi : Grippe aviaire, le cauchemar des éleveurs vendéens de volailles (21/03/2022)