Un nouveau foyer de grippe aviaire a été détecté dans un élevage de la Haute-Garonne, a annoncé vendredi 7 janvier 2022 la préfecture du département dans un communiqué, alors que les cas se multiplient depuis l’automne en France.

 

[Influenza aviaire : un foyer détecté en #HauteGaronne]
Un foyer vient d'être confirmé sur la commune d'Escanecrabe
Une zone de protection de 3km est instaurée autour du foyer ainsi qu'une zone de 10km pour prévenir tout risque de diffusion
+ Infos : https://t.co/ilYfnEsvlP

— Préfet d'Occitanie et de Haute-Garonne (@PrefetOccitanie) January 7, 2022

 

À lire aussi : Grippe aviaire — L’interprofession du foie gras veut accélérer la vaccination (07/01/2022)

 

Des zones de protection et de surveillance autour du foyer

Le ministère de l’Agriculture recensait jeudi 41 foyers de grippe aviaire en élevage, depuis le premier cas dans le Nord à la fin de novembre. La plupart des cas sont aujourd’hui recensés dans le Sud-Ouest.

 

De son côté, la préfecture de la Haute-Garonne affirme dans un communiqué qu’une « cinquantaine de foyers ont été confirmés en France », témoignant d’une « circulation active du virus ».

 

Ce nouveau foyer, situé dans une basse-cour de la commune d’Escanecrabe, entre Toulouse et Tarbes, est le premier détecté en Haute-Garonne lors de cet épisode d’influenza aviaire.

 

Le préfet de la Haute-Garonne a instauré une zone de protection de 3 km et de surveillance de 10 km autour du foyer « pour prévenir tout risque de diffusion », a déclaré la préfecture ce vendredi.

 

À lire aussi : Grippe aviaire, l’interdiction de mises en place de volailles prolongée dans le Sud-Ouest (06/01/2022)

 

Près de 650 000 volailles abattues

Les Landes sont le département le plus touché avec vingt foyers, alors qu’on en trouve huit dans le Nord, sept dans les Pyrénées-Atlantiques, cinq dans le Gers et un en Vendée, a précisé jeudi le ministère à l’AFP.

 

Selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, qui s’est exprimé jeudi pour faire un point sur la situation de l’épizootie, la situation est meilleure que l’hiver dernier, quand elle avait été à l’origine de près de 500 foyers en élevage conduisant à abattre plus de trois millions de volailles, essentiellement des canards.

 

Le ministère estimait le 31 décembre qu’entre 600 000 et 650 000 volailles avaient été abattues depuis le début de l’épizootie.

 

> À lire aussi : Le Conseil d’État rejette les recours contre la claustration des volailles (24/12/2021)