À la suite d’une attaque sur un troupeau de brebis, le 26 août 2021, à Orsans dans l’Aude, un loup avait perdu quelques poils. L’analyse de ces précieux indices réalisée par le laboratoire mandaté par l’État a révélé que le profil génétique de cet individu était extrêmement proche de celui des loups échappés d’un parc zoologique situé sur la commune de Cases-de-Pêne (Pyrénées-Orientales) quelques mois plus tôt (25 janvier 2021).

Quatre loups sur cinq avaient été rattrapés

« Ces loups provenaient d’une population située en Lettonie », indique la préfecture dans un communiqué du 22 janvier 2022. À la suite de leur évasion du parc, quatre loups sur cinq avaient pu être neutralisés par les agents de l’Office français de la biodiversité, de la gendarmerie et de la louveterie. L’un d’entre eux n’avait jamais été retrouvé.

 

À lire aussi : Un zoo du Tarn fermé après la fuite d’une meute de loups (28/12/2021)

 

Le fugitif pourrait donc bien être responsable d’attaques dans le secteur du Razès. Ce qui met en rage les éleveurs de l’Aude. « Nous n’avons pas à supporter les erreurs de gestion des parcs à loups », s’insurge Thimoléon Resneau, président de la Fédération départementale ovine (FDO).

 

Les attaques des loups en phase de colonisation pèsent déjà beaucoup sur les exploitations. Une centaine de brebis sont tuées chaque année dans le département depuis la présence identifiée d’un mâle en 2014.

 

« Si ce loup n’est pas revenu naturellement, l’État doit en assumer les conséquences », déclare Thimoléon Resneau, qui s’interroge aussi sur les contrôles réalisés dans ces parcs animaliers. Ce loup letton est en tout cas toujours introuvable pour le moment.