Un site pour connaître la fièvre Q, une zoonose bactérienne qui affecte les ruminants, vient d’être créé par un groupe d’experts regroupés dans le Comité fièvre Q. Destiné aux professionnels (éleveurs, vétérinaires, techniciens, médecins), le site www.comitefievreq.com a pour vocation de donner des informations synthétiques, actualisées et pédagogiques pour comprendre cette maladie répandue dans les élevages mais souvent mal connue.

 

« Grâce aux progrès récents des connaissances scientifiques et des méthodes de gestion, on peut lutter efficacement contre la fièvre Q. Ce site est donc un centre de ressources pour comprendre et pour agir, en plus des actions de sensibilisation et de formation déjà mises en place sur la fièvre Q », explique Raphaël Guatteo, professeur en médecine bovine à Oniris et coprésident du Comité fièvre Q.

 

Le site comporte déjà un état des lieux synthétique, des fiches pédagogiques et l’enregistrement d’un précédent webinaire sur la fièvre Q. Il est aussi possible de s’inscrire à une newsletter trimestrielle pour être alerté de l’actualité du site.

Une maladie des animaux et des hommes

La fièvre Q est une maladie contagieuse, provoquée par une bactérie, qui affecte les ruminants et peut se transmettre à l’homme, et inversement. Les ruminants peuvent porter la bactérie incriminée, Coxiella burnetti, dans leurs tissus reproducteurs. La plupart du temps, la maladie est asymptomatique et les animaux excrètent la bactérie. Celle-ci peut survivre des mois dans la poussière ou le sol. Dans sa forme clinique, elle peut provoquer des troubles de la reproduction. Chez l’homme, elle se traduit par une fièvre élevée mais elle peut évoluer vers une maladie du foie et du cœur. La transmission vers l’homme se produit par les voies respiratoires.

 

> À lire aussi : Santé animale : L’exposition à la fièvre Q est souvent « sous-estimée » (18/05/2021)

Un besoin de connaissances

D’après une enquête scientifique nationale parue en 2017, plus de la moitié des troupeaux caprins et ovins et près de 30 % des troupeaux bovins seraient exposés à la fièvre Q. Mais seulement 10 % des éleveurs de bovins, ovins ou caprins et 30 % des vétérinaires en France la perçoivent comme une menace, selon une étude de 2020 du Comité fièvre Q. D’où la nécessité de sensibiliser les professionnels à cette maladie pour en faire une bonne prévention et en réserver la vaccination aux cas d’urgence. En particulier, les éleveurs sont incités à déclarer les avortements en série qui sont l’indicateur principal de la fièvre Q.

 

> À lire aussi : Un comité d’experts pour lutter contre la fièvre Q (30/10/2020)