Pour les agneaux comme pour les ovins de réforme, le nombre d’animaux abattus en décembre 2021 est en repli sur un an : ils diminuent respectivement de 1,6 % (4 153 têtes) et de 3,1 % (1 173), relève Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans une note diffusée le 28 janvier 2022.

Hausse des abattages sur l’année 2021

Le total des abattages sur l’année 2021 est toutefois plus élevé qu’en 2020 pour les agneaux. Il progresse de 1,5 % en nombre d’animaux et de 1,9 % en poids. Sur la même période, celui d’ovins de réforme recule de 0,4 % en nombre de têtes, mais grimpe de 0,6 % en poids.

L’Espagne maintient ses envois d’agneaux

En novembre, les achats d’agneaux espagnols contribuent au maintien à un niveau élevé des importations d’ovins vivants, en hausse de 65 % par rapport à 2020. Les exportations dépassent, quant à elles, de 20,9 % le point bas observé en 2020. « Ces ventes concernent des envois vers l’Espagne d’agneaux issus des bassins laitiers », précise Agreste.

 

Concernant les échanges de viande, les exportations restent largement supérieures, pour le onzième mois consécutif, à celles de 2020 (+540,8 %), du fait des réexportations en provenance du Royaume-Uni. Du côté des importations, et après estimation des volumes réexportés, les achats de novembre 2021 seraient en hausse de 4,2 % par rapport à novembre 2020.

Des cours « au plus haut depuis vingt ans »

En décembre 2021, le cours moyen de l’agneau dépassait les 8 €/kg carcasse, soit 78 centimes de plus qu’en 2020 et 1,35 € par rapport à la moyenne quinquennale. « Il s’agit du niveau le plus élevé depuis 20 ans », note Agreste, qui l’explique par une offre toujours limitée sur les marchés au regard de la demande.

 

À lire aussi : Santé animale, huit gestes pour ausculter ses ovins (14/01/2022)