Grognements, cris, couinements… Que signifient ces vocalisations des porcs et quelles informations peuvent-elles donner à l’éleveur ? C’est tout l’objet des travaux de l’Inrae et de l’École polytechnique fédérale de Zürich (ETH), menés dans le cadre du projet « Sounwell », dont les résultats ont été publiés le 7 mars 2022.

7 400 enregistrements

« Les porcs expriment leurs émotions par des vocalisations. Reconnaître ces sons, et les émotions qu’ils traduisent, permettrait de donner des informations nécessaires aux éleveurs pour adapter leurs interventions et pour assurer le bien-être des porcs tout au long de leur vie », explique l’Inrae.

 

Pour mettre au point un tel système de reconnaissance et l’automatiser, les équipes de l’Inrae et d’ETH ont collecté 7 400 vocalisations issues de 411 porcs en provenance de différents laboratoires européens. « Ces sons ont été enregistrés dans 19 contextes différents : de la naissance des porcs et tout au long de leur vie, dans différents types d’élevage en intérieur (sur caillebotis ou sur paille) et dans des abattoirs. »

 

> À lire aussi : « Le bien-être de des porcs est notre préoccupation quotidienne » (23/02/2022)

Émotions positives et négatives

Autant de situations pouvant générer des émotions positives (allaitement, retrouvailles avec des congénères), comme négatives (bagarres, isolement). Des éthologues et des bioacousticiens ont été mis à contribution pour analyser la « structure acoustique » de ces vocalisations (fréquence et pureté des sons). Puis, à l’aide des « méthodes informatiques de l’intelligence artificielle », les équipes de recherche ont travaillé sur « la classification automatique des vocalisations selon la valence émotionnelle (émotion négative ou positive) et la situation dans lesquelles elles ont été émises », détaille l’Inrae.

 

Il en résulte un système de détection qui va comparer automatiquement le son qu’il réceptionne à ceux déjà classifiés, afin de le qualifier. Et les résultats obtenus sont au rendez-vous. « L’intelligence artificielle est très performante pour reconnaître non seulement la valence émotionnelle que traduisent les vocalisations (précision de 91,5 %), mais également la situation dans laquelle elles ont été émises (précision de 82 %). »

 

> À lire aussi : Filière, Lidl mise 1,6 million d’euros sur le bien-être des porcs (03/03/2022)

« Pour un meilleur bien-être en élevage »

Pour l’institut de recherche, un tel système pourrait alerter les éleveurs en temps réel d’une situation nécessitant leur intervention immédiate, « comme dans le cas d’un porcelet qui serait écrasé par la mère, ou de bagarres qui se répètent dans un groupe ou durent trop longtemps ». À l’inverse, les situations favorables au bien-être des porcs pourraient être renforcées. Le système de reconnaissance des vocalisations pourrait par exemple aider les éleveurs à « évaluer la mise en place de nouveaux jouets ».

 

Afin de pleinement tirer profit de ces travaux, les équipes de l’Inrae planchent désormais sur l’ajout de cette technologie de reconnaissance des vocalisations des porcs aux systèmes de surveillance acoustiques existant déjà en élevage pour l’analyse du bruit de la toux. L’objectif ? « Allier mesures de santé physique et mentale, pour un meilleur bien-être en élevage. »