. Cette tendance masque une hausse des abattages de vaches laitières et allaitantes, et une nette baisse de ceux de bovins mâles.

 

 

À lire aussi : Décapitalisation, La production de viande bovine continue de s’effriter en 2022 (24/01/2022)

Davantage de laitières à l’abattoir

En décembre, les abattages de vaches laitières progressent de 2,1 % (+ 1 653 têtes) pour atteindre 81 391 têtes. Ils restent stables par rapport à leur moyenne quinquennale. Sur l’année 2021, ils sont inférieurs de 2,8 % à leur niveau de 2020, passant de 892 016 à 867 154 têtes. La baisse s’établit à 3,1 % en tonnage.

 

À lire aussi : La production laitière française décroche (28/01/2022)

 

Les abattages de vaches allaitantes de décembre augmentent également sur un an, de 1,4 %, atteignant ainsi les 63 040 têtes. Ils progressent de 1,1 % en tête sur l’année 2021, par rapport à 2020, et de 0,8 % en tonnage.

Repli marqué pour les mâles

Les abattages de bovins mâles de 8 à 24 mois reculent de 8,3 % en nombre de têtes sur un an, et de 9,6 % en tonnage. Pour les plus de 24 mois, la baisse est limitée à 1,3 % (têtes) et 0,7 % (tonnage). Elle représente 5 628 têtes, dont 5 435 pour les animaux de 8 à 24 mois. Les volumes restent stables sur l’année 2021, par rapport à 2020.

 

Les abattages de veaux de boucherie sont en repli de 0,8 % sur un an, passant de 99 105 à 98 333 têtes entre décembre 2020 et 2021. La hausse des poids de carcasse permet de maintenir la production en volume, explique Agreste. En 2021, le repli s’élève à 1,2 %.

 

À lire aussi : « Je sécurise mon revenu avec un atelier de veaux de boucherie » (20/10/2021)