« Soumis à la pression d’une interprofession du foie gras et d’organisations professionnelles de la filière des palmipèdes qui veulent absolument abattre tous les palmipèdes le plus rapidement possible afin de redémarrer la production au plus vite, le ministère et ses services se précipitent dans un dépeuplement illégal », estiment la Confédération paysanne et le Modef, dans un communiqué publié le 31 janvier 2022.

 

> À lire aussi : Grippe aviaire, les élevages de 226 communes vont être dépeuplés (20/01/2022)

« Pas d’arrêté ministériel »

D’après Sylvie Colas, porte-parole de la Confédération paysanne du Gers, « aucun arrêté ministériel n’a été publié, et rien n’a été transmis aux préfectures. Or c’est bien le ministère qui doit définir les zones dans lesquelles doivent être réalisés les abattages préventifs. Ces derniers doivent également être nominatifs ».

 

En conséquence, les deux syndicats ont saisi le ministère de l’Agriculture et les préfectures des départements concernés le vendredi 28 janvier 2022. Ils les enjoignent de faire cesser immédiatement les abattages préventifs, auxquels ils réaffirment être opposés. Une réponse est attendue « de pied ferme ». « Si la situation perdure, nous engagerons une action en justice », préviennent la Confédération paysanne et le Modef.

 

> À lire aussi : Abbattages préventifs, les éleveurs landais désespérés par la grippe aviaire (21/01/2022)