« L'énergie est un sujet crucial. Notre capacité à collecter et transformer le lait en dépend », s’inquiète François-Xavier Huard,  président-directeur général de la Fédération nationale des industries laitières (Fnil), lors d’une conférence de presse le 20 septembre 2022 à Paris. Le syndicat des transformateurs privés chiffre à 50 % la hausse des dépenses énergétiques sur un an. Elle atteindrait même 80 % pour le seul gaz.

En conséquence, la Fnil demande « le plafonnement en urgence et temporaire des prix de l’énergie pour les entreprises, et en particulier les entreprises agroalimentaires ». Elle espère également un élargissement des critères pour bénéficier de l’aide énergie du plan de résilience.

Une « triple contrainte insoutenable »

Plus largement, François-Xavier Huard estime que les laiteries et les fromageries sont soumises à «une triple contrainte insoutenable » : « une hausse faramineuse du coût de l’énergie, des contraintes en amont des producteurs de lait qui voient leurs propres charges augmenter, et des négociations avec les distributeurs tardives et insuffisamment efficaces ».

Ces dernières pourraient reprendre avant la fin du mois de septembre, « car les hausses de prix obtenues en mars puis juillet ont été insuffisantes, souligne le P.-D.G. de la Fnil. Elles ne suffisent pas à compenser progression de 20 % de nos coûts de production. »

Un prix du lait « dynamique »

Quant à la paie de lait des éleveurs, « le prix devrait rester dynamique, avance François-Xavier Huard. Fin août, le prix de base moyen était d’environ 428 €/1 000 l, soit une hausse de 27 % sur un an, quand les coûts de production ont progressé de 23 % sur la même période. »

Quant au décalage avec nos voisins européens, « nos débouchés sont davantage orientés vers la distribution que le grand export », justifie-t-il. Pour le P.-D.G. de la Fnil, les difficultés pour les éleveurs pourraient s’accentuer en 2023. « Pour l’instant, les stocks fourragers et d’intrants sons suffisants. Mais la situation pourrait se tendre lorsqu’il faudra se réapprovisionner au prix de marché. »