Même s’il fait débat, le ramassage mécanisé des volailles présente certains avantages.

Cette technique pourrait remplacer le ramassage manuel, estiment 80 % des éleveurs utilisateurs. C’est ce qui ressort d’une enquête en ligne réalisée par la chambre régionale d’agriculture de Bretagne (Crab). « L’échantillon comprend douze éleveurs, dont dix qui utilisent un prestataire. Avec une surface moyenne de 5 000 m² de poulaillers, ils utilisent une machine pour le desserrage (67 %) et pour le ramassage final (92 %) », explique Marion Ruch, de la Crab.

Moins de stress

La rareté de la main-d’œuvre est l’une des principales raisons qui motivent les éleveurs à sauter le pas. Parmi les avantages mis en avant par les enquêtés, sont cités la facilité d’organisation du chantier, le moindre stress pour l’éleveur et les animaux, et la rapidité d’exécution.

Selon les interrogés, les limites du système sont le risque de panne de matériel, les problèmes d’adaptation technique, ainsi que la disponibilité des équipes. Le bon chargement des caisses, le contrôle de la vitesse d’avancement et une désinfection rigoureuse de la machine font partie des points d’attention.

Le coût moyen du ramassage est de 15,50 €/t de poids vif, auxquels il convient d’ajouter celui du déplacement (nombre de kilomètres ou forfait). Il faut, en moyenne, deux heures pour 10 000 volatiles lors du ramassage final, et une heure et cinquante minutes pour 10 000 animaux pour le desserrage. En général, un chantier nécessite quatre personnes, dont l’éleveur. Isabelle Lejas