En Irlande, la moyenne nationale du taux de diagnostic de gestation par ultrasons est de 1,3 agneau par brebis. Chez John Pringle, éleveur dans le comté de Wicklow, il grimpe à 1,93. Sa troupe se compose de 250 brebis croisées suffolk de Nouvelle-Zélande et belclare. Cette dernière race est appréciée des Irlandais pour sa prolificité. « Avec ce croisement, les agneaux ont une forme de trapèze, et les agnelages en sont facilités », constate-t-il. John travaille la génération suivante avec des béliers charollais ou Île-de-France. « Vos races sont rustiques, sourit-il. Ce que je recherche aussi à travers le croisement, ce sont des animaux robustes. Je réduis ainsi l’utilisation d’antibiotiques et, par conséquent, mes frais sanitaires. »

Sélection précise

À quelques kilomètres de chez John, David Johnston conduit 200 brebis en système très extensif. Ses animaux marchant beaucoup, l’une de ses priorités en sélection, c’est d’assurer de bons aplombs. Lui aussi utilise la belclare pour sa prolificité, qu’il croise avec de la cheviotte, une race anglaise et écossaise.

« C’est elle qui ramène de bon pied mon troupeau, dit-il. Puis, je travaille la génération suivante avec du charollais, pour soutenir la qualité de la viande. » Chez David, le taux de diagnostic en gestation frôle les deux agneaux par brebis.