En France, la décapitalisation du cheptel s’accélère. Sur les neuf premiers mois de l’année, le nombre de vaches allaitantes est inférieur de 2,3 % par rapport à 2018 et de 1,4 % en laitières. Sur la même période, les abattages se replient de 1 % en races à viande et de 3 % en laitières. Le marché européen a été éprouvé par une météo défavorable. Les cours sont dans l’ensemble nettement inférieurs à ceux de 2017 et 2018. En octobre, les vaches françaises O et R se déprécient respectivement de 2 % et 4 % par rapport à 2018.

En jeunes bovins (JB), l’encombrement du marché européen pèse sur les prix. Du côté français, l’offre mesurée a permis un maintien des cours. Les abattages ont notamment été réduits durant la période estivale. De janvier à septembre, la cotation moyenne est supérieure de 0,4 % sur un an. La demande en JB viande est surtout portée par l’Italie, tandis que le débouché allemand est moins soutenu en laitiers.

En veaux de boucherie, la baisse de la consommation et la hausse des abattages au premier semestre font chuter les prix. Le recul de l’offre communautaire, en fin d’été, a permis d’assainir le marché et de redresser les cours.