« Du jamais vu à cette saison », d’après l’Institut de l’élevage (Idele). Les cours des broutards ont continué à grimper en septembre et en octobre, période à laquelle la tendance est habituellement à la baisse. En semaine 43 (du 25 au 31 octobre 2021), le cours du charolais U de 350 kg, établi à 2,70 €/kg vif, a gagné deux centimes en l’espace deux semaines, soit 9 % de plus qu’en 2020. Le prix du croisé R de 300 kg a bondi de huit centimes sur la même période. La cotation du charolais U de 450 kg, plutôt destiné au marché italien, s’est stabilisée à 2,56 €, tout comme celle du limousin E de 350 kg.

 

« Les cours des laitonnes semblent également avoir atteint un plateau depuis le début du mois d’octobre », relève Alix Gérardin, économiste à l’Idele. Quoi qu’il en soit, les tarifs des mâles et femelles dépassent le niveau des deux années précédentes. « Le pic saisonnier des sorties a été mesuré et les bonnes récoltes fourragères ne pressent pas les ventes chez les naisseurs », rapporte l’institut.

 

<?EM-dummyText [photo-article-caption]?>

Davantage de mises en place en France

Sur le terrain, les opérateurs s’accordent à dire que les meilleures conditions de pâturage et la hausse des cours des jeunes bovins partout en Europe favorisent les mises en place sur le marché intérieur. À l’export, les envois de bovins de 4 à 16 mois de type viande ont progressé de 5 % en août par rapport à 2020 et de + 4 %/2019.

 

En cumul sur les huit premiers mois de l’année, les exportations ont totalisé 742 000 têtes, soit 6 % de plus qu’en 2020 et + 2 % par rapport à 2019. La demande des ateliers d’engraissement italiens reste ferme.

 

Du côté de l’Espagne, le bilan est plus mitigé. « Les importations espagnoles de gros bovins maigres français sont reparties à la hausse depuis le début de l’année (+ 4 %/2020), sans toutefois retrouver leur haut niveau de 2019 (- 21 %) », analyse l’Idele. « La vaccination obligatoire contre la fièvre catarrhale ovine (FCO) pénalise les Espagnols dans leurs achats, explique Benoît Albinet, directeur commercial de l’entreprise Deltagro Export. Ces derniers se tournent davantage vers les veaux laitiers. »

 

Afin d’éviter une segmentation du marché, les opérateurs recommandent de vacciner contre la FCO. © J. Chabanne
Afin d’éviter une segmentation du marché, les opérateurs recommandent de vacciner contre la FCO. © J. Chabanne

S’agissant des pays tiers, les perspectives s’assombrissent puisque « l’Algérie ne délivre plus de licences d’importation à ses clients, apprend Michel Fénéon, directeur administratif et financier d’Eurofeder. Les derniers bateaux partent, sans savoir quand les échanges reprendront. » Dans les semaines à venir, les cours des broutards devraient poursuivre leur hausse « en espérant que le prix de la viande soit toujours au rendez-vous au premier semestre pour amortir la hausse du coût des matières premières », reprend Benoît Albinet.