L’édition de 2020 du top 20 mondial des industriels laitiers, publié par la banque néerlandaise Rabobank, apporte son lot de surprises. L’estimation du chiffre d’affaires (CA) laitier des entreprises tient compte des résultats de 2019 et des fusions-acquisitions actées sur le premier semestre 2020. Sur le podium, Danone laisse sa place à la coopérative Dairy Farmers of America (DFA). Cette dernière a vu son CA bondir de presque 50 % en un an, grâce au rachat de Dean Foods, début 2020. Pourtant onzième au palmarès 2019, l’américain Dean Foods a fait faillite l’an passé. Le désamour des consommateurs locaux pour le lait liquide conditionné y est pour beaucoup.

 

Tout en haut du classement, Nestlé et Lactalis restent les leaders incontestés. Mais l’écart entre le CA réalisé par les deux géants se réduit sensiblement. Il est passé de presque 7 milliards de dollars en 2015 à 1,1 milliard l’an dernier. La vente de l’activité crème glacée américaine du suisse l’explique en partie. En parallèle, Lactalis a signé neuf acquisitions en 2019 et poursuit sur sa lancée cette année. En septembre dernier, le groupe français a annoncé reprendre l’activité fromages de l’américain Kraft Heinz.

 

> À lire aussi : Lactalis rachète les fromages de l’Américain Kraft Heinz (16/09/2020)

 

Autre fait marquant, l’entrée de la coopérative indienne Gujarat à la seizième place du classement. D’après l’analyse de la Rabobank, ce sursaut (+ 17 % de CA par rapport à 2018) est dû à « une hausse de la collecte et des capacités de transformation, à l’ouverture de nouveaux marchés et au lancement de nouveaux produits. »

 

La laiterie chinoise Yili est en passe de devenir le leader incontesté de son pays. © Nyx Ning/Panoramio
La laiterie chinoise Yili est en passe de devenir le leader incontesté de son pays. © Nyx Ning/Panoramio

Yili convoite la première place

« La publication de la Rabobank a été abondamment commentée par la presse chinoise, qui y voit le résultat de nombreuses années d’effort du secteur laitier national, qui ferait maintenant partie intégrante de la puissance de la Chine. Elle vient également conforter de nombreux experts chinois qui estiment que ce secteur a atteint les standards mondiaux aussi bien en termes de qualité sanitaire que d’innovation », indique Jean-Marc Chaumet, de l’Institut de l’élevage, dans un article publié sur Abcis. En effet, Yili passe de la huitième à la cinquième place, aux dépens de Fonterra et Friesland Campina. Mengniu gagne deux places et décroche le huitième rang mondial.

 

Alors que Yili se voit en haut du classement d’ici à quelques années, l’expert de l’Idele voit un frein à la croissance des deux industriels chinois. Les leaders mondiaux misent toujours plus sur l’international. Or, Yili et Mengniu « dépendent presque uniquement du marché chinois et ne sont pas encore devenus des Global Players ».