En argot, le camembert s’appelle « claquos » ou tout simplement « claque ». Cette seconde formule sonne comme une invitation aux rythmes jazzy auquel le fromage prend part. Pour fêter sa quarantième édition, le festival Jazz sous les pommiers, qui se déroule près de Coutances (Manche) du 25 au 29 août 2021, s’est associé à la fromagerie Réo pour commercialiser un camembert à ses couleurs. Cet événement reconnu par les amateurs de jazz a réuni lors de ses précédentes éditions près de 80 000 visiteurs sur cinq jours.

 

À lire aussi : Les AOP et IGP laitières ont gagné du terrain en 2019 (09/10/2020)

Une vitrine pour les produits locaux

Le lancement officiel s’est tenu, le 30 juin 2021, sur l’exploitation de Nathalie Clérot, productrice de lait pour Réo à La Feuillie, dans le Cotentin. Avis aux tyrosémiophiles (collectionneurs d’étiquettes de fromage), ce « claque qui claque » est vendu en édition limitée jusqu’au 15 septembre dans une dizaine de magasins de la région. Il sera l’une des stars du festival qui depuis de nombreuses années met à l’honneur les produits locaux.

 

La laiterie Réo, qui appartient à la coopérative les Maîtres laitiers du Cotentin, disposera d’un stand, afin notamment de restaurer artistes et bénévoles via la distribution de camemberts et de beurres aromatisés. « Jazz sous les pommiers véhicule une image forte et attractive du Cotentin, mais aussi de son terroir et de la gastronomie », se félicite le directeur de la fromagerie, David Aubree.

 

En 2008, une autre coopérative locale avait eu les faveurs de l’événement, pour son camembert microfiltré « fabriqué en Normandie », donc en dehors du périmètre de l’appellation d’origine protégée (AOP). Depuis, du lait a coulé sous les louches avec l’interdiction du camembert « fabriqué en Normandie » depuis le 1er janvier dernier.

 

Le fromage partenaire de cette quarantième édition montre croûte blanche. Il s’agit d’un camembert AOP de Normandie au lait cru du Cotentin qui offre les garanties sur le maintien des herbages et une part minimum de vaches de race normande dans les troupeaux.

 

À lire aussi :La guerre du camembert repart de plus belle (04/03/2020)