Le scandale des œufs au fipronil, qui avait secoué le nord de l’Europe en juillet 2017, avait touché 400 éleveurs. Parmi eux, un Français était officiellement concerné. Il s’agit de Pascal Butez, installé à Saint-Tricat (Pas-de-Calais).

Depuis, les 150 éleveurs belges, autant de néerlandais et la centaine de producteurs allemands impliqués ont pu reprendre leur activité. Mais pas Pascal Buthez, toujours bloqué.

« Pour désinfecter mes trois poulaillers pendant le vide sanitaire, j’ai eu la mauvaise idée d’utiliser un nouvel anti-poux bio à base de plantes. D’après mon fournisseur, il fonctionnait bien. Et pour cause, son fabricant y avait ajouté frauduleusement du fipronil, explique l’éleveur. Lorsque la crise a éclaté, je me suis manifesté le jour même. Je ne voulais pas que des consommateurs soient contaminés par des œufs provenant de chez moi. »

Dans les jours qui ont suivi, ses 60 000 poules ont été abattues à ses frais, et les œufs détruits.

À ce jour, il n’a reçu aucune aide sauf pour financer les analyses. Son assurance ne fonctionne pas car il s’agit d’une escroquerie. L’éleveur a porté plainte contre le fabricant. Mais il s’agit d’une entreprise belge qui a été mise en liquidation, et ses deux dirigeants sont néerlandais. Le procès va donc durer des années.

Reçu par le ministre

« J’ai été reçu par Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture le 22 janvier dernier, ajoute Pascal Butez. Il m’a assuré qu’il ne me laisserait pas tomber. Mais les aides tardent à arriver et j’ai de lourds emprunts à rembourser. Aujourd’hui, je ne sais plus à qui m’adresser. J’ai été obligé de licencier mon salarié. Financièrement, mon exploitation est en grande difficulté. » Il réfléchit à sa mise en liquidation.

Trois cents poules pondeuses sont actuellement en test dans ses bâtiments pour vérifier si le fipronil est encore présent. C’était toujours le cas après onze nettoyages.

« Dans les autres pays européens, les normes et les protocoles d’analyses sont différents, indique-t-il. En France, on étudie la coquille et l’intérieur de l’œuf ensemble, alors qu’ailleurs, uniquement ce qui se mange. Je ne sais vraiment pas comment sortir de ce cauchemar. »