Les abatteurs l’avaient évité jeudi dernier, aidés par une semaine avec le jour férié du 15 août 2022. Ce lundi 22 août 2022, « pour la première fois en 20 ans, le cours du porc franchit la barre des 2 euros au Marché du porc breton (MPB), puisqu’il s’affiche à 2,001 euros, en hausse de 0,3 centime par rapport à jeudi dernier », annonce le marché.

 

Consultezles cours du porc sur LaFranceAgricole.fr

Hausses en série

Dans sa note d’analyse hebdomadaire diffusée ce lundi matin, le MPB fait état d’un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande » qui a assuré « une nouvelle série de hausses significatives des cours du porc dans le nord de l’Europe après plusieurs semaines de désolante stabilité ».

 

En Allemagne, les congés scolaires se terminent, ce qui se traduit par une consommation des ménages qui progresse. Même si, « selon AMI, « la poussée habituelle de la demande à la fin des vacances est beaucoup plus faible que d’habitude ». »

 

À lire aussi : « Le manque de porcs fait le prix » (17/08/2022)

 

Cette évolution du prix du porc est essentiellement due à la faiblesse de l’offre. « Les abattages hebdomadaires sont actuellement 11 % sous les niveaux de l’an passé, souligne le MPB. Les hausses récemment enregistrées sont encore insuffisantes au regard des coûts de production. »

 

La semaine dernière, le prix d’acompte a repris l’équivalent de 4 centimes d’euro au Danemark, alors que les exportations semblent plus dynamiques, notamment vers la Corée du Sud. Aux Pays-Bas, les prix abattoirs sont revus à la hausse dans les mêmes proportions qu’en Allemagne.

 

« De même, en Autriche où l’offre est très réduite, le cours a été revalorisé de 5 centimes, poursuit le MPB. En Belgique, les conditions de marché sont identiques à celles des pays voisins et le prix du kilo vif a repris 7 centimes également. »

L’export toujours porteur

En Espagne, les poids « restent exceptionnellement bas puisqu’ils sont inférieurs de près de 3 kilos à ceux de la même semaine 2021 », observe le MPB. Et les abattages sont en repli de 10 % par rapport à l’an dernier.

 

Et si les exportateurs se frottent à une concurrence plus forte de la part du Brésil et du Mexique en Corée du Sud, « il semble se confirmer que la Chine augmentera ses achats au cours du second semestre, permettant ainsi à l’Espagne d’alléger son offre de viande sur le marché européen ».

 

En Italie aussi, les voyants sont dans le vert. Le prix du porc y a atteint un niveau historique. Et même s’il « devient plus difficile de le répercuter sur le marché de la viande, […] la demande demeure favorable pour les produits à griller […] et à destination de la transformation ».

 

À lire aussi : « Il manque 10 à 20 centimes du kilo sur le prix du porc » (06/07/2022)