, le préfet coordonnateur précise que l’Office français de la biodiversité lui a communiqué un rapport dans lequel cette population est estimée à 580 individus à l’issue du suivi réalisé pendant l’hiver 2019-2020. Ce qui permet de fixer à 110 le nombre de loups dont la destruction pourra être ordonnée par les préfets.

 

 

Si le seuil de 17 % de la population, soit 98 loups, est atteint avant la fin de l’année civile, « seuls pourront être mis en œuvre jusqu’à la fin de l’année 2021 des tirs de défense simple et renforcée [ainsi que] des tirs de prélèvement dans les zones difficilement défendables » pour arriver au quota de 100 loups, rappelle le préfet coordonnateur.