339,50 €/1 000 l

C’est le prix du lait moyen payé aux producteurs européens en septembre 2020.

Le prix du lait moyen payé aux producteurs européens en septembre 2020 s’élève à 339,50 €/1 000 litres, d’après la Commission européenne. La remontée saisonnière se confirme (+3 % sur un mois), malgré un contexte encore marqué par la crise sanitaire du Covid-19 et économique. Le prix se rapproche également des niveaux enregistrés en 2019. Entre avril et juin 2020, le retard était d’environ de 4 % sur un an. Il n’est plus que de 2 % en septembre.

 

La remontée saisonnière du prix s’observe dans la quasi-totalité des États membres, excepté en Espagne ou en Hongrie. En France, le prix réel a grimpé de 3,7 % entre août et septembre pour s’établir à 367 €/1 000 litres. Le rebond est similaire en Belgique (306 €/1 000 litres) et en Allemagne (332 €/1 000 litres). Mais la plus forte revalorisation a eu lieu en Irlande où le prix a bondi de 8 % en seulement un mois, et atteint 366 €/1 000 litres en septembre.

Décrochage du prix du lait américain

Aux États-Unis, le prix du lait payé aux producteurs a atteint un niveau record de 530 €/1 000 litres en juillet dernier. « Au début de la crise sanitaire, la perturbation des marchés mondiaux et l’arrêt du food service ont fait chuter la demande en cheddar, explique Loïc Molerès, responsable des affaires économiques au sein de l’Association de la transformation laitière française (Atla). Par la suite, les subventions accordées par Donald Trump en faveur de la consommation et la reprise du food service en livraisons ont retourné la situation. » Résultat, la demande en produits laitiers, et particulièrement en cheddar, fut largement supérieure à l’offre au début de l’été.

 

Depuis, « l’équilibre tend à se rétablir », explique Loïc Molerès. La collecte est repartie de plus belle et la surconsommation se tasse, même si les subventions persistent. En septembre, le prix du lait américain s’établit à 345 €/1 000 litres.

La cotation des ingrédients laitiers se maintient

En Europe, la relance de la collecte n’a pas eu raison de la valorisation beurre poudre, qui reste stable depuis plusieurs mois maintenant. Au 4 novembre, le prix du beurre s’élève à 3 470 €/tonne (–3 % par rapport à 2019). Le cours de la poudre maigre se tient à 2 170 €/tonne (–8 % par rapport à 2019).